Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 10:08

                 1774994_3_361c_le-prix-nobel-de-la-paix-attribue-a-l-union_.jpgEn 1949, George Orwell avait écrit dans 1984, que "la guerre c'est la paix", "la liberté c'est l'esclavage", et "l'ignorance c'est la force". S'il en est un qui aurait pu recevoir le prix Nobel de la Paix, c'est bien George Orwell, écrivain "engagé" contre l'impérialisme occidental.

                Nous savions déjà que les institutions de ce monde pouvaient commettre les crimes les plus immondes en toute impunité, en toute légalité. Désormais, le crime est subventionné, récompensé par des titres honorifiques. Et oui vous lisez bien, le Comité Nobel suèdois vient de nommer l'Union Européenne prix Nobel de la Paix. De la paix ! Paix, démocratie, droits de l'Homme, l'Union Européenne serait l'entité qui depuis plus de cinq ou six décennies, oeuvre à la fin des guerres et aux droits humains.

 

                Ceci est révélateur de la torpeur dans laquelle se trouve la réflexion : il faut être sacrément fou, ou bien pathologiquement obscurantiste pour dire qu'un criminel oeuvre pour les droits de l'homme. A moins que celui qui donne le prix soit lui aussi au service des criminels ? Après tout, la portée des mots dépend de celui qui les définit...

 

-La Banque Centrale Européenne, la Commission Européenne, le FMI, la Banque Mondiale, l'ensemble des grandes banques privées d'investissement et les gouvernements des pays membres forment une terrible machine de guerre qui a pris le contrôle total sur le destin des gens. Le rôle de l'UE est d'appauvrir les gens, de les dépouiller jusqu'aux os pour enrichir des banquiers odieux. Elle opère le plus grand hold-up légal jamais observé en Europe, aspire tout ce qu'il y a à prendre sur son passage sous l'oeil hagard des journalistes, plume surveillée et bâillon à la bouche. Depuis l'éclatement de la "crise" de 2008, des centaines d'individus désoeuvrés, désemparés se sont suicidés ou bien plongent dans la dépression en Grèce, en Italie, en Espagne, en France et bien ailleurs. Dans les pays d'Europe, le lien social est en train de se désagréger petit à petit, tel un chien rongeant son os,  en raison des délocalisations de multinationales européennes et des dispositions communautaires qui dégradent à grande vitesse les conditions de vie des gens. Et le Comité Nobel félicite le "vieux continent" pour avoir laissé les peuples croupir dans leur misère, pour les avoir jetés à la poubelle sociale.

 

-Lorsqu'une directive de Bruxelles est transcrite en loi, règlement ou circulaire dans le droit interne, et qu'elle porte un coup sévère aux libertés individuelles ou aux droits fondamentaux (comme la liberté d'expression, le droit du travail, les droits sociaux), les gouvernements de l'UE l’intègrent à leur Constitution sans aucune consultation populaire, fi le référendum citoyen. MAIS chaque déni de démocratie est un pas vers la Démocratie. Les gouvernements envoient leurs chiens de garde par milliers pour réprimer brutalement les protestations. Des dizaines de cars de forces de police anti-émeute, polices nationales, garde républicaine, CRS, mais aussi certains corps de l'armée comme la gendarmerie mobile armée jusqu'aux dents (pour refuser l'entrée de la Turquie à l'UE, on lui reprocha de porter atteinte aux droits de l'Homme pour avoir "dégainé" l'armée dans les rues à l'issue d'une manifestation mais l'UE fait pareil chez elle). Certains n'hésitent pas à dégainer à bout-portant. Bref, l'Empire se fait brutal et meurtrier pour conserver sa domination et consolider son pouvoir par la peur.

MAIS, c'est une action en faveur du rapprochement des peuples, des droits de l'Homme et de la démocratie.

 

-En janvier 2011, lorsque les tunisiens risquaient leur vie pour éjecter Ben Ali du pouvoir, le gouvernement français (avec pour porte-parole Michèle Alliot Marie) était prêt à envoyer sa police pour matraquer le peuple. Deux mois plus tard, lorsque les Libyens enjoignaient le pavé pour en finir avec leur dictateur Kadhafi, les gouvernements, spécialement la France, n'ont pas hésité à envoyer leur chair à canon dans le désert pour aller tuer des civils, des femmes, des enfants innocents, dévaster tout un pays. De même en 2001, des pays de l'UE intervenaient en Afghanistan, puis en Irak en 2003 en déversant des milliers de tonnes de bombes sur Kandahar, Kaboul ou bien Bagdad. La même Europe de la paix apporte aussi son soutien inconditionnel au gouvernement belliciste, nationaliste et fasciste de Benyamin Netanyahou en Israël. Pourquoi ne pas donner un Prix Nobel posthume de la Paix au Troisième Reich ?

Ou bien choisir Christine Lagarde en 2013 pour ses services humanitaires en Grèce au sein du FMI ? On pourrait aussi attribuer un prix Nobel de la Paix à BHL pour avoir invité la présidence Sarkozy à "libérer" la Libye du joug de son dictateur...

 

                La nomination de l'UE fait échos et cumul avec la ratification cette semaine du traité budgétaire TSCG imposant indirectement la politique d'austérité partout en Europe, avec ses mécanismes de contrôle et ses punitions à qui ne le respecterait pas. C'est comme si pour soigner une angine, le docteur "Troïka" amputait une jambe sans anesthésie avec une égoïne non aseptisée, ou bien pratiquait la saignée à blanc du «patient».

                La vérité est que dans un an, l'Europe sera tiermondisée. Des centaines d'entreprises vont fermer, des milliers de gens supplémentaires se retrouveront sur la paille, sans rien au chômage de longue durée et les gouvernements privatiseront alors tous leurs services publics (éducation, transport, santé, défense, etc.) au profit des multinationales et des banques. Comme les pays seront tous en récession et qu'ils sont clients entre eux, plus aucune recette ne rentrera et d'autres "cures" d'austérité seront injectées par la super-machine de guerre bancaire. Ou comment faire de la première organisation du monde (l'UE, en termes de PIB) une région du Tiers-Monde. Les peuples européens seront affamés, mais rassurés car ils sont régis par le Nobel de la Paix...

 

                Bientôt, on pourra penser aux années 2000 en pleurant qu'il fut un temps, nous vivions en paix dans des conditions à peu près décentes et sans réelle peur du lendemain. Alors, las d'avoir versé trop de larmes sans prendre les armes de la Résistance, viendra le temps de la famine, des suicides, des guerres civiles, des crimes fratricides. Le 12 octobre 2012 est à marquer dans les annales de l'obscurantisme européen. Merci le Comité Nobel pour votre ironie.

 

Samuel Moleaud

13 octobre 2012, larmes à l'œil et glaires au gosier par trop d'écœurement.

 

http://sam-articles.over-blog.com.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean Georges 15/10/2012 19:30


J'allais dire " les grands esprits se rencontrent" mais ma prose de sribouillard n'est pas aussi érudite que la votre.


Mais qu'à cela ne tienne je vous invite à parcourir sur mon blog le derrnier article que j'ai écrit sur l'Europe ( le prix Nobel de la paix n'était pas encore attribué) mais cette dernière "
pantalonnade" cette outrance de la part du comité Nobel envers le vieux continent me révolte un peu plus. Comme vous je vais finir par avoir la honte d'être européen, la honte de partager comme
citoyen un tel honneur. Je ne suis qu'un vieil homme de 75 ans mais si je fais la somme des libertés et des avancées sociales perdues depuis Mai 68, que nous reste t-il? Le droit de fermer sa "
gueule" et encore.


Oui! j'adhère à 100% à votre article, mais nous avons trop attendu pour decendre dans la rue, aujourd'hui ce sera difficile, nous ne pesons pas lourd face au rouleau compresseur qui va nous
broyer à la première manifestation de rue. JG.


 

Max Angel 13/10/2012 11:28


Compte tenu de ce que j'ai moi-même écrit sur mes blogs, celui d'over-blog et celui de Médiapart, je ne peux qu'approuver votre contribution.

Présentation

  • : Textes et articles de Sam
  • : Portail d'articles écrits sur des sujets de société et sur l'actualité, ce blog regroupe aussi des textes d'opinion, de réflexion politique. Ces textes s'attachent à critiquer le modèle capitaliste globalisé sous toutes ces formes, et dénoncer le royaume de la pensée unique qui vise à écarter le plus possible toute dissidence pour garantir des intérêts de classe. Plus que la critique, ces textes portent sur la question des alternatives possible à ce système.
  • Contact

Recherche